Nos circuits Fil Rouge

Le Circuit Fil Rouge est le produit phare de notre entreprise, celui qui l’a fait connaître.

Cinq Circuits Fil Rouge forment un réseau qui se déploie dans quatre municipalités du Kamouraska et aussi dans Charlevoix. On dénombre une cinquantaine de panneaux d’interprétation et autant de points en baladodiffusion.

Des panneaux grand format jalonnent les parcours en faisant découvrir ce qu’ils ont d’unique et de particulier. Gratuits, ces circuits originaux traitent d’histoire, de culture et de nature et ils intéressent toutes les générations. Offerts aux municipalités et aux organismes, nos circuits physiques et virtuels se caractérisent par leur intégration de sujets divers dont la continuité est assurée par la facture moderne et l’approche graphique utilisées.

Le modèle du Circuit Fil Rouge est un système d’affichage unique de signalétique patrimoniale dans l’espace rural ou urbain. Le circuit, conçu pour les promeneurs, est balisé et documenté par des affiches facilement repérables, par l’uniformité de sa présentation visuelle et son concept graphique. Le modèle jumelle ces marqueurs de l’espace réel à un référencement virtuel avec des capsules « multimédiatiques » en baladodiffusion. Ce dispositif s’intègre naturellement à l’offre touristique tout en favorisant l’appropriation par la collectivité.

À l’intention des familles, et en collaboration avec une municipalité ayant déjà son circuit Fil Rouge, nous proposons également la réalisation d’un panneau spécialement dédié à une famille : Le panneau AD HOC. Vous pouvez voir deux exemples à Saint-Pacôme : Albert Lévesque, ferblantier et Le magasin général Dionne.

Ce  belvédère  offre  une  vue  imprenable  sur  Saint-Pacôme  et  Rivière-Ouelle.  D’ici,  par  temps  clair,  on  peut apercevoir une vingtaine de clochers et admirer la Côte-du-Sud, le Kamouraska et, sur la rive nord du fleuve, un paysage qui s’étend du cap Tourmente aux Hautes-Bergeronnes.

En 1849, la première croix, construite en un peu plus d’une semaine, est érigée ici à la demande du curé de Notre-Dame-de-Liesse qui espère ainsi faire cesser une épidémie de choléra et de typhus.

Cent ans plus tard, des paroissiens rêvent d’une croix métallique illuminée. Le curé demande alors des plans à Gérard Morisset du Musée de la province de Québec. Joseph Santerre et François Chamberland sont les maîtres d’œuvre de cette croix inaugurée lors du centenaire de Saint-Pacôme en juillet 1951.

Belvédère de la croix

Plus petite superficie du Kamouraska, Saint-Pacôme surprend par son relief diversifié. Cet atout a joué un rôle indéniable dans le développement d’installations sportives favorisant la pratique du golf, du ski ou de la pêche.

Située dans le piémont entre le Haut-Pays et le littoral, arrimée aux méandres de la Ouelle qui la traverse, la municipalité possède des paysages spectaculaires qui font sa renommée. En plus d’offrir un point de vue exceptionnel à partir du Belvédère de la Croix, Saint-Pacôme, capitale du roman policier, fait partie de l’Association des plus beaux villages du Québec.

Saint-Pacôme

Rivière-Ouelle s’étire dans la plaine et le long des rives du fleuve. Vivant au rythme de l’agriculture, de la pêche à l’anguille et de l’exploitation des tourbières, la population a su s’adapter aux caprices de son environnement, transformant les marécages en sol fertile et les rives en lieux propices à la pêche.

Dans cet endroit de villégiature particulièrement prisé, on profite de son passage au quai, sur les plages ou  les  battures,  pour  observer  la  faune  ailée,  la  flore  indigène,  des  installations  de  pêche  piquant  la  curiosité et, peut-être, y verra­t­on des phoques ou des bélugas.

Depuis  1672,  les  Bérubé,  Bouchard,  Boucher,  Dancosse,  Dubé,  Émond,  Gagnon,  Hudon,  Lavoie,  Lebel,  Lévesque, Lizotte, Miville, Ouellet, Plourde, Soucy et Thiboutot, ces familles fondatrices riveloises, donnent vie à ce village unique

Rivière-Ouelle

Berceau de la première École d’agriculture au Canada fondée en 1859, La Pocatière est un lieu de savoir et de recherche. Elle se distingue par la présence de l’Institut de technologie agroalimentaire [ITA] et de trois centres collégiaux de transfert de technologie rattachés au Cégep de La Pocatière. Le circuit permet d’explorer la nature, l’histoire et la culture du territoire, au présent comme au passé.

Ce circuit se révèle un espace-temps privilégié pour revivre l’histoire du territoire pocatois par l’interprétation de personnages historiques, des témoignages exclusifs et une documentation riche. Sept panneaux historiques disséminés au centre-ville auxquels se jumellent un récit des lieux, en baladodiffusion. Un circuit pédestre à suivre selon son rythme, guidé par une carte imprimée disponible entre autres à la Maison touristique.

La Pocatière

Le circuit des Petites Franciscaines de Marie propose un trajet original menant librement à la rencontre de femmes remarquables.

Il invite à découvrir ces femmes de tous âges qui ont consacré leur vie entière à aider les autres, ces femmes d’exception qui croient que l’amour et la foi peuvent changer le monde.

Vous y découvrirez leur Maison mère, leur domaine, leur histoire et leurs bienfaiteurs comme le curé Ambroise Fafard. Vous ferez aussi la connaissance de Baie-Saint-Paulois et de Baie-Saint-Pauloises inspirants et bien présents dans leur vie.

Ce circuit Fil Rouge s’intègre au Parcours muséal de la Maison mère consacré à la mise en valeur de l’inestimable patrimoine légué par une congrégation hors du commun.

Le trajet en entier présente des contenus patrimoniaux actualisés et propose une expérience muséale, une nouvelle proposition culturelle à Baie-Saint-Paul.

Petites Franciscaines de Marie